Nuestra fiabilidad. ¡Entrega gratuita 24 x 7 horas!

Margaux Pinot : proche en «mort», la judokate enfonce Alain Schmitt dans un recit glacant

Margaux Pinot : proche en «mort», la judokate enfonce Alain Schmitt dans un recit glacant

[Mis a jour le 3 decembre a 11h05] L’affaire a eclate dans la nuit du 27 au 28 novembre lorsqu’Alain Schmitt, entraineur et compagnon de Margaux Pinot, fut arrete par la police a J’ai suite du depot de plainte de Margaux Pinot Afin de violences conjugales. Le 1er decembre, apres une comparution immediate, l’ancien judoka a finalement ete relaxe Afin de faute de preuves suivant le juge. Depuis, les deux protagonistes se livrent une bataille au sein des medias et livrent l’integralite des deux une version differente. La championne olympique de Tokyo explique avoir eu peur de mourir, la photo de le visage hornet arnaque tumefie a choque le monde du judo et les reseaux sociaux. Neanmoins, malgre une telle image, Alain Schmitt, egalement la figure tumefie, persiste en disant que celui-ci n’a pas frappe de cherie, encore moins la sienne.

Les faits d’apres Margaux Pinot

«J’ai cru que j’allais y laisser ma vie»

Le temoignage de Margaux Pinot qui accuse le compagnon de violences conjugales

«Les faits se sont deroules dans la nuit de samedi a dimanche, aux alentours de deux heures du matin. J’habite d’abord rentree chez moi vers minuit, apres avoir ete au restaurant avec des amis. Il etait convenu qu’on se retrouve i  la maison avec Alain afin que je l’emmene le lendemain a l’aeroport, ou il devait prendre votre avion pour Israel. C’est arrive par deux heures du matin, alcoolise. Il a demande d’imprimer des papiers pour Israel, ce que j’ai fait, tout en lui faisant remarquer que je l’avais quand meme attendu deux heures. Ensuite, j’habite allee me coucher. Il m’a rejoint au lit en me disant que i§a ne servait a rien que je l’emmene a l’aeroport, qu’il prendrait un Uber et que je pouvais me reposer.

Deux minutes apres, il s’est leve, a allume sa lumiere dans le couloir et il s’est rhabille. Je lui ai demande ce qu’il faisait et il a dit que de toute maniere, je ne comprendrais jamais rien. Cela m’a evoque que celui-ci preferait rentrer chez lui et je lui ai dit : «d’accord, revient chez toi, ceci ne sert a rien de rester, je ne veux plus te voir». C’est la qu’il a commence a tenir des propos mechants, violents. Il a commence a me penser que la carriere etait foutue, qu’il trouverait un quidam pour me niquer dans le judo, que j’etais debile, destructrice. J’suis alors retournee dans mon lit et je me suis bouche nos oreilles car j’ai l’habitude d’entendre de tels propos de sa part. J’en ai marre que i§a reste ensuite dans ma tete pendant des semaines. Je me sens devalorisee, j’ai moins de confiance en moi depuis des mois. La, il s’est approche du lit, il a fait 1 geste par moi et je l’ai repousse. C’est a votre moment-la qu’il m’a pris par la tignasse et tire vers le sol, a gauche du lit. J’etais via le dos et il s’est mis a califourchon concernant moi. Cela a commence a me mettre des coups de poing, droite-gauche. Je lui ai crie de s’arreter. Je ne me suis meme jamais defendue, je ne savais plus ou etaient les bras. J’ai vraiment tente de le raisonner et j’ai voulu me relever. J’ai reussi a aller dans la piece d’a-cote ou y m’a rattrapee et remise au sol. Il a commence a prendre la tronche Afin de la cogner plusieurs fois au sol.

Apres cet episode, il a voulu m’etrangler. Ou en tout cas, il a foutu ses mains autour du cou. J’etais de nouveau sur le dos, j’ai essaye de le repousser avec les jambes pour qu’il ait moins de prise. Je lui ai evoque : «Alain, je t’aime, je t’aime, je vais me remettre avec toi, stoppe ca et il faut discuter.» Il me dit d’accord, qu’on va discuter deux minutes. C’est le moment ou il a desserre les mains et j’ai pu le repousser dans l’aspect. J’ai pu me relever. Dans le couloir, il m’a de nouveau rattrape, on semble s’i?tre mutuellement projete sur les cloisons. A ce moment-la, J’me suis devoile que soit j’arrivais a me degager de lui, soit j’etais morte. C’est mon instinct qui a parle. Je devais bouger du appartement pour survivre. J’ai ouvert la porte et je me suis mise a courir. Il a suivi, nous nous sommes retrouves au couloir de l’immeuble. Il m’a retenu une derniere fois par la tignasse.

J’ai crie en escaliers le plus vraiment possible «au secours !» j’suis montee chez faire mes voisins. Ils m’ont reclame cela s’etait passe. Je leur ai raconte que je venais de me faire cogner avec mon entraineur, par Greg. Ils ont retourne soin de moi et ils ont appele la police, qui est arrivee dix minutes apres. Les pompiers etaient arrives quelque peu avant. J’ai vraiment cru que j’allais y laisser mes ri?ves. C’est mon esprit de guerriere, de combattante ainsi que le judo qui m’ont sauve. J’ai pu resister a ses coups, qui ont ete nombreux. Je n’avais jamais fait face a une telle violence, je n’avais jamais recu de coups au visage tel ceux-la. Je ne le veut a personne. Tout i  l’heure, je cause Afin de ces dames qui sont mortes dans de telles situations, car elles n’avaient nullement la possibilite physiques d’effectuer face. Je suis reconnaissante envers le judo, et envers la vie que je tombe sur differemment desormais. Je suis heureuse de devenir en vie votre jour, et triste du denuement de l’audience de l’autre jour.

Mes faits d’apri?s Alain Schmitt

Depuis, les deux protagonistes de l’affaire ne cessent de se renvoyer J’ai balle. Derniere declaration en date, la conference de presse d’Alain Schmitt ce mercredi 2 decembre. «Elle m’a devoile: ‘ca fait deux heures que je t’attends. Elle est recroquevillee dans le lit, me tournait le dos. Je l’ai vite entendue soupirer, marmonner. J’me suis dit que c’etait des premices de la tempete. Je me suis assis, j’ai repris les affaires, j’ai commence a m’habiller et j’ai entendu quelqu’un courir dans la chambre, j’ai ete elle. Elle ouvre Notre a en furie. J’avais commande un VTC qui a ete demande quelques minutes plus tard. Elle me devoile: ‘tu n’es qu’un pauvre lache, tu m’abandonnes, t’es une merde’. Elle se remet dans le lit. Je lui dis au-revoir mais elle me dit: ‘degage, sale lache’. Elle m’a serre contre elle par la nuque, elle me dit ‘Alain, attends, je fais tout ca parce que je t’aime de trop’. J’me suis degage, je me suis cogne contre le radiateur. J’me suis leve Afin de aller recuperer les affaires. Di?s que j’ai voulu ouvrir la porte, elle saute sur, glisse avec les pieds par terre, elle a la tete dans le a, puis, elle rampe dehors, elle crie au secours, j’ai ete terrifiant, je ne savais gui?re quoi faire, elle est remontee en cognant en murs. J’suis descendu le VTC et Notre police reste arrivee. Ils m’ont demande si c’etait moi, si j’etais concerne, j’ai evoque : ‘oui’. J’suis alle voir un medecin et on m’a coupe de l’univers pendant plusieurs joueurs.» Cela assure n’avoir porte «aucun coup». Cela confie avoir demande a porter plainte. Il promet n’avoir «jamais frappe une femme de sa vie».