Nuestra fiabilidad. ¡Entrega gratuita 24 x 7 horas!

De Tennessee Williams / Salvatore Calcagno – Garcongarcon (Artiste associe en saison 22-23) A voir au Grand Varia du 11 au 20 novembre 2021.

De Tennessee Williams / Salvatore Calcagno – Garcongarcon (Artiste associe en saison 22-23) A voir au Grand Varia du 11 au 20 novembre 2021.

Duree : 2h25 Avec : Lorenzo Bagnati, Sophie Bos, Sophia Leboutte, Rehab Mehal, Lucas Meister, Antoine Neufmars, Bastien Poncelet, Tibo Vandenborre

C’est l’histoire d’un ete torride. Blanche DuBois, a l’impasse depuis Notre perte de la maison familiale, vient se refugier chez sa soeur Stella qu’elle n’a plus vue depuis un moment. Elle la decouvre enceinte, vivant dans des conditions precaires. Le mari de Stella, Stanley, 1 proletaire d’origine etrangere, bel homme impulsif et macho, provoque chez Blanche mepris et exasperation en meme temps libre qu’un desir inavouable. Stanley de son cote n’apprecie nullement l’arrivee de cette belle-s?ur qui vient troubler sa relation avec Stella. Pour abriter le foyer, il fouille le passe de Blanche …

parship

Deux mondes, deux portraits

Un tramway nomme desir, c’est l’histoire d’la confrontation de 2 mondes opposes, celui de Blanche et celui de Stanley, mais c’est aussi le portrait de deux femmes, de deux soeurs desunies. L’une vieillissante, fragile et apeuree qui s’echappe dans un monde de fantasmes, tandis que l’autre tente de s’accrocher a l’existence.

Salvatore Calcagno – Antoine Neufmars

Dans cette nouvelle traduction vive et rythmee d’Isabelle Famchon qui donne a l’?uvre une couleur tragi-comique, Salvatore Calcagno insuffle son esthetique en sensualite incarnee et de la poetique du quotidien. Cela nous fait entendre la voix subversive de Tennessee Williams, dramaturge du desir transgressif comme moyen d’affirmation sans dire, pour le meilleur et concernant le pire.

Extraits comptables

Un tramway nomme joie, Alienor Debrocq – L’Echo, fevrier 2020

Fidele a l’?uvre attrayante, Calcagno revele les failles d’une societe figee au sein d’ ses peurs et contradictions. (…) Dans cette confrontation de 2 univers que tout oppose, desir et violence prennent des formes tantot subtiles, tantot explosives, dont Calcagno s’est empare avec brio a travers une mise en scene a J’ai fois baroque et epuree, une vision globale ou musique live, changements de plateau, ainsi, video se repondent et se completent avec intelligence et inventivite.

Un theatre ouvert a l’imaginaire, Michel Voiturier – Rue du Theatre, fevrier 2020

Le jeu est genereux dans l’engagement physique. On a des corps, des voix qui jouent des partitions aux rythmes complexes a l’instar d’un opera. Chacun incarnant des types humains qui conjuguent des forces et des faiblesses, qui tentent plus ou moins efficacement de parvenir a votre equilibre i  l’interieur d’un microcosme qui ne voit nullement le sien. J’ai salle, en temoin sensible, ne s’y trompe pas qui suit sans faille l’evolution des protagonistes, celle aussi d’une societe a laquelle celle-ci appartient franchement.

Tennessee post-MeToo, Estelle Spoto – Focus Vif, janvier 2020

(…) Dans la noirceur globale de ces 2 destins, Calcagno n’oublie pas de soutenir les touches d’humour (…) et d’y glisser cette touche de sublime kitsch dont il a le secret sur d’la pop italienne des annees 80. Ti sento, du groupe Matia Bazar, resonnera a toutes les oreilles bien apres le final desincarne, destabilisant mais dechirant.

« Un tramway nomme Desir » sous les doigts de Salvatore Calcagno – Musiq3, Novembre 2021

Dans sa mise en scene Salvatore Calcagno restitue toute la sensualite d’la piece. « on voit quelque chose d’humide ainsi que moite dans les corps, quelque chose de transpirant en baisers. Je voulais fi?ter cette sensualite-la. » Salvatore Calcagno au micro de Christine Pinchart.

Michel Boermans et Vutheara Kham

Interview de Salvatore Calcagno via Musiq3 au micro de Christine Pinchart, 10 novembre 2021 :

Salvatore Calcagno etait l’invite au sein d’ LCR sur BX1, chez David Courier, le 12 novembre 2021

TEXTE Tennessee Williams

TRADUCTION FRANCAISE Isabelle Famchon

Un spectacle de garcongarcon en coproduction avec le Theatre de Liege, le Theatre de Namur, Mars – Mons Arts en Scene, le Theatre Varia, l’Atelier Theatre Jean Vilar, CENTRAL et DC&J Creation. Avec l’aide d’la Federation Wallonie-Bruxelles – Service du Theatre. Avec le soutien du tax-shelter du Gouvernement federal belge et de Inver Tax Shelter.